Economie démocratique 2016-11-10T11:46:30+01:00

economie_01

Coézi

Ateliers participatifs pour l'implication et la cohésion du personnel dans [...]

Tags: |

Ouishare

Réseau de l'économie collaborative, Economie Sociale et Solidaire, investissement participatif [...]

Tags: |

We Do Good

Réseau de l'économie collaborative, Economie Sociale et Solidaire, investissement participatif. [...]

Tags: |

ESPACE PAR ESPACE ateliers v1_04

Atelier citoyen pour l’optimisation de l’aéroport de Nantes Atlantique

Proposition collective argumentée d’aménagement de l’actuel aéroport Nantes Atlantique

36672_1l’atelier citoyen est une réponse à la crise démocratique : des citoyens animés par la recherche du bien commun arrivent à mettre en commun leurs compétences pour construire des solutions sérieuses et montrer les mensonges des projets officiels. En outre, le travail de l’atelier contribue à répondre à la crise climatique car 1) le maintien de l’aéroport actuel permettra de ne pas détruire 2000 ha de zones humides dont le rôle pour le climat est très important ; 2) l’abandon du projet de nouvel aéroport à Notre Dame des Landes évitera des consommations de CO2 (construction évitée, déplacements en voiture moins longs, apport de transport en commun sur Nantes Atlantique avec moins de déplacements en voiture, nouvelles trajectoires permettant de réduire la consommation de kérosène, possiblement moindre volonté de faire croitre le trafic aérien nantais)

Site internet: http://www.ateliercitoyen.org/

Nantes en Transition

Promotion et sensibilisation aux initiatives de transition sociétale.

Logo NET couleur(1)L’association Nantes en Transition imagine et expérimente comment bien vivre ensemble sans énergie polluante dans cette ville. Une ville en transition est une ville dans laquelle se déroule une initiative de transition, c’est-à-dire un processus impliquant la communauté et visant à assurer la résilience (capacité à encaisser les crises économiques et/ou écologiques) de la ville face au double défi que représentent le pic pétrolier et le dérèglement climatique.

Site internet: http://nantesentransition.net/netblog/net/

Je vote pour le climat

Pour plus de débat public autour des enjeux climatiques.

jNeSmq2vJe Vote Pour Le Climat est une association de citoyens de toutes tendances politiques inquiets que le changement climatique soit absent du débat politique. Elle propose des actions ponctuelles aux adhérents et et aux personnes inscrites sur la liste de diffusion (courriers en direction des élus…,pétitions). Elle pour objectifs : d’inciter les citoyen-nes à interpeller les élus et les journalistes sur le thème du changement climatique ; de remettre le changement climatique dans le débat politique en incitant les élus à tenir compte de cette problématique dans tous les sujets qu’ils sont amenés à traiter ; de pousser les journalistes à donner au changement climatique la place qui lui revient dans les débats politiques, une place à la hauteur des enjeux.

Site internet: http://www.jevotepourleclimat.fr/default/#

 

COLLECTIF ROOSEVELT 2012

Sensibiliser et alimenter le débat démocratique

logo-collectif-roosevelt2012Le Collectif Roosevelt est un mouvement citoyen, transpolitique et alternatif d’action et de formation politique créé en 2012 par Stéphane Hessel, Edgar Morin, Susan George, Cynthia Fleury, Pierre Larrouturou… Aujourd’hui, plus de 110 000 citoyens ont signé son manifeste et 20 groupes locaux sont actifs en France. Le but du collectif est de provoquer un sursaut, de dire la gravité de la crise et alimenter le débat démocratique. Via ses 15 propositions, le collectif vise une insurrection des consciences citoyennes qui puisse engendrer une politique environnementale et financière à la hauteur des exigences et des urgences présentes.

Site internet: http://roosevelt2012.fr/

Attac 44

Altermondialisme et enjeux climatiques : présentation du mouvement STOP TAFTA

Attac_0Attac se mobilise contre l’hégémonie de la finance et la marchandisation du monde ; pour la prise de pouvoir par les citoyen.ne.s sur leur vie, la construction d’une démocratie active et pour la construction de convergences entre mouvements sociaux, au sein du mouvement altermondialiste.

Site internet: http://local.attac.org/attac44/

ACIPA

Atelier, collectif, citoyen, démocratie, projet, aéroport

Informer les adhérents et la population des zones concernées par le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, y compris sur les équipements connexes nécessaires à cette réalisation (aménagements routiers et ferroviaires, constructions diverses…). D’une manière générale d’agir, y compris en justice, pour la sauvegarde des intérêts de la population dans le domaine de l’environnement et de l’aménagement harmonieux du territoire.par sa réflexion sur le transport aérien et ses impacts sur l’Environnement. En quoi ses actions contribuent à lutter contre le dérèglement climatique : par la lutte contre l’artificialisation des terres, par les questions posées sur l’utilité de grands projets d’infrastructure.

Site web: http://acipa-ndl.fr

ESPACE PAR ESPACE ateliers v1_04_1

Lettre ouverte au FC Nantes : faites mieux que le PSG, prenez le train !

Le week-end des 4-5 mars, l’équipe masculine du Football Club de Nantes jouera son match retour contre le PSG. Lors du match aller en septembre dernier, le déplacement en avion des joueurs du PSG avait fait polémique. Polémique renforcée par l’attitude désinvolte de messieurs Galtier et Mbappé qui semblent vivre sur une autre planète, où le TGV et le dérèglement climatique n’existeraient pas.

Nous sommes des citoyennes et citoyens de Nantes et d’ailleurs, fans de foot ou non, soucieuses et soucieux de l’impact de l’aviation sur notre santé et sur notre avenir. Nous adressons cette lettre ouverte au FC Nantes pour lui demander d’être plus responsable que le PSG.
D’accord, en char à voile ça fait long ; mais engagez-vous au moins à faire le déplacement par voie terrestre le 5 mars.

#5MarsEnTrain

L’année 2022 a été marquée par une forte augmentation des signaux du changement climatique en cours : rien qu’en France, on peut évoquer la sécheresse, les canicules à répétition, les températures anormalement élevées cet hiver.

Face à cette réalité climatique, chaque kilo de gaz à effet de serre (GES), chaque dixième de degré de réchauffement compte. Ainsi, en réponse au gaspillage énergétique du PSG en septembre dernier, il nous paraît important que le FC Nantes se penche concrètement sur les modes de déplacement de son équipe professionnelle.

Le char à voile n’est sans doute pas la meilleure solution. Mais le train, le car, sont des alternatives parfaitement réalistes pour ce trajet, et considérablement moins émettrices en GES. Ceci n’est pas que symbolique : en avion de ligne, déplacer 50 personnes sur ce trajet aller-retour revient à émettre 4,8 tonnes de CO2 (1). Dans le cadre d’un vol privé, la facture climatique est nettement plus lourde. Pour ce même trajet en TGV, c’est 67 kg de CO2 (soit 0,067 tonnes) qui seraient émis au total… (2)
Alain Krakovitch, le directeur TGV/intercités, a rappelé lors de la polémique de septembre qu’il existe de nombreuses solutions pour que l’équipe professionnelle puisse se déplacer en train.

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

La crise climatique touchant de plus en plus de personnes, y compris au sein des supporters et supportrices, le FC Nantes a une belle opportunité de devenir un leader inspirant sur ces sujets, à l’instar du Milan AC ou de Liverpool qui font certains de leurs déplacements en train.
Ce serait aussi un signal fort de la part du monde sportif que d’agir concrètement pour une mobilité durable lors des compétitions.

Le club pourrait envisager d’autres actions en parallèle, telle que la facilitation du covoiturage pour les supporters-supportrices, grâce aux partenariats signés par de nombreux clubs avec StadiumGO.

Il n’y a pas de planète B ; il n’y aura plus de matchs de foot sur une planète morte.
Signez et partagez cette pétition pour demander au FC Nantes de se déplacer en train le 5 mars ! #5MarsEnTrain

Sources :
(1) https://eco-calculateur.dta.aviation-civile.gouv.fr/
(2) https://ressources.data.sncf.com/explore/dataset/emission-co2-tgv/table/

Nantes Métropole – Des petits pas … A quand le grand saut ?

Le Livre blanc pour le climat revient sur les réponses de la métropole à ses “12 mesures prioritaires pour 2022”

📅 Alors que l’année 2022 vient de s’achever, il est l’heure pour le collectif du Livre Blanc pour le climat de dresser un bilan de l’action de la métropole de Nantes en faveur du climat. Le collectif avait identifié et soumis aux élu·es de la métropole 12 mesures prioritaires pour le climat à mettre en œuvre dans l’année.

❓ Quelles mesures ont été mises en place❓ Sont-elles assez ambitieuses ❓

Malgré des efforts réalisés dans certains domaines comme les aménagements cyclables, ou l’abandon du projet de l’Arbre au hérons, le collectif déplore un manque de mesures structurantes et fortes de la Métropole pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique.

Sans remettre en cause les actions positives d’ores et déjà mises en œuvre par la métropole, le collectif du livre blanc pour le climat cherche à mettre en lumière 12 mesures prioritaires actuellement négligées par la collectivité.

La Direction de l’Animation et de la Transition Écologique de Nantes Métropole y a répondu cet été.Voici l’analyse du collectif des réponses apportées par la Métropole sur ces 12 mesures :

1) Lancer le projet de RER métropolitain, Définir les lignes, le calendrier, le budget. Objectif 2022 : un train toutes les 15 min aux heures de pointe sur au moins 4 lignes existantes TER

La Métropole soutient la poursuite du démantèlement de certaines infrastructures ferroviaires (gare de l’État). Après plusieurs mois de mobilisation et l’annonce du Président de la République sur ce sujet, le projet de “TER express” semble enfin mis à l’ordre du jour de la collectivité.

Néanmoins celui-ci reste non daté et non financé. Aujourd’hui, rien n’est mis en place avec la région pour accélérer le renforcement du réseau ferroviaire métropolitain, le collectif attend que la métropole devienne plus proactive auprès de la région et de l’État. De grandes métropoles comme Strasbourg et Bordeaux ont déjà mis en place leur Réseau Express Métropolitain, grâce à un financement conjoint des régions et des métropoles.

2) Développer le covoiturage avec des mesures concrètes en 2022, Lancer sans délai l’expérimentation de voies réservées du Bd de la Prairie de Mauves, prévue pour déc 2021. Et lancer les 3 autres d’ici mi-2022 : route de Pornic, Bd de la Vendée et chemin de la Justice

À ce jour, il n’y a pas eu d’avancée significative dans l’expérimentation de voies réservées au covoiturage du Bd de la Prairie de Mauves, route de Pornic, Bd de la Vendée et chemin de la Justice.

3) Renforcer le financement des structures accompagnatrices des ménages et des professionnels à la rénovation énergétique (Mon Projet Rénov)

Le budget global de l’association Alisée qui porte le rôle d’animation de l’Espace Conseil France Rénov’ auprès des particuliers est passé d’environ 280 000 à 520 000 €/an, avec une augmentation de son périmètre d’intervention (accompagnement des ménages jusqu’à la signature des devis, mobilisation des professionnels de la rénovation, sensibilisation du secteur petit tertiaire). Nous saluons par ailleurs le choix de la collectivité d’une subvention forfaitaire et non “à l’acte” permettant de privilégier un accompagnement adapté au besoin de chacun.e et non une politique du chiffre. Ces moyens ne permettent pourtant pas à ce jour de faire face à l’ensemble des demandes de rendez-vous.

4) Élaborer un plan d’action permettant de diviser par 2 la précarité énergétique durant le mandat

Les dernières données disponibles (ONPE) indiquent que 9,1% des ménages étaient en situation de précarité énergétique en 2020 sur le territoire, un chiffre probablement en forte hausse en raison de l’inflation des coûts énergétiques. Le collectif manque de données et s’interroge sur l’efficacité des dispositifs existants (Mon Projet Rénov). Il salue les annonces de la métropole parmi les 10 mesures climat (5000 logements rénovés par an dont 1500 dans le parc social) mais attend leur mise en œuvre effective. Le passage à l’échelle des rénovations globales performantes connaît en outre des freins liés à la disponibilité d’artisans formés et de certains matériaux.

5) Passer à 50% d’alimentation bio dans les cantines scolaires Et la restauration collective qui stagne à 20% depuis 15 ans

La Métropole ne parle que de la restauration scolaire et non de restauration collective, seules 2 communes ont plus de 50% de bio. La majorité des communes sont en retard. Le collectif déplore la priorisation de la production locale au détriment de la production bio, alors que le collectif demande l’un et l’autre.

A Grenoble, l’approvisionnement des cantines scolaires se fait en bio et en circuit court à hauteur de 65%, sans viande issue de l’élevage industriel intensif.

6) Mettre en place des aides à la conversion bio des agriculteurs, complémentaires aux aides nationales

Les aides de la Métropole ne sont malheureusement pas destinées exclusivement aux exploitations biologiques, elles continuent à financer des projets agricoles nocifs pour le climat et la biodiversité. Les exploitations dites “vertueuses” qui font l’objet d’un soutien de la Métropole manquent d’un cahier des charges transparent.

7) Garantir zéro artificialisation nette des sols

Nantes Métropole ne s’engage pas sur une trajectoire zéro artificialisation nette des sols avant 2030, l’échéance est trop lointaine. Malgré les risques accrus de sécheresse visibles cet été, la Métropole poursuit les projets d’artificialisation (100 ha de ZAC à Carquefou, 50Ha de terres fertiles pour Doulon-Gohards).

8) Lancer un groupe de travail pour la reconversion des industries polluantes du port de Nantes/St Nazaire

Le port de Nantes/St Nazaire repose à 70% sur des industries dépendantes des énergies fossiles (Cordemais, Donges, Montoir, St-Nazaire), aucun travail ne semble entrepris sur la reconversion de ces industries au-delà de leur approvisionnement en énergie. De plus, le collectif est dans l’attente des résultats d’une étude sur l’avenir énergétique de l’estuaire.

9) Augmenter rapidement la part “prévention” du budget déchet pour passer de 2% à 10% à la fin du mandat

Nantes Métropole ne s’engage pas à augmenter rapidement la part “prévention” du budget déchet pour passer de 2% à 10% à la fin du mandat. Il y a trop peu de moyens humains dédiés à la prévention (3,8 ETP sur toute la métropole). Une stratégie de réduction et traitement des déchets du BTP (démolition des immeubles anciens) reste à construire.

10) Interdire tout panneau publicitaire numérique sur l’espace public

Le nouveau RLPm n’interdit pas tout panneau publicitaire numérique sur l’espace public, alors que Lyon Métropole a pris cette décision en 2022.

11) Lancer une campagne de sensibilisation des habitants sur les risques climatiques locaux liés à la hausse des températures +1,5°C/+2°C/+3°C

La Métropole ne s’engage pas à lancer une campagne de sensibilisation des habitants sur les risques climatiques locaux liés à la hausse des températures +1,5°C/+2°C/+3°C. Elle ne souhaite pas montrer les conséquences du changement climatique, selon elle trop axé sur les risques et la peur. Alors que pour le collectif il est essentiel que la population soit suffisamment informée pour participer activement à la transition.

12) Créer un conseil citoyen indépendant tiré au sort

La création d’un conseil scientifique et citoyen dédié au climat a été évoquée. Cependant les membres du LBC ont besoin de plus d’informations sur ses marges de manœuvre et son suivi dans le temps. La participation directe des citoyens n’est pas pensée dans ce projet.

—————

Nantes Métropole se veut ambitieuse sur le sujet climatique et le collectif du livre blanc l’encourage à approfondir les transformations engagées. Malheureusement la majorité de ses réponses n’est pas satisfaisante pour engager dès maintenant le territoire dans une réelle mutation. Le collectif espère que suite aux derniers événements climatiques et la crise énergétique, que l’ensemble des élu-es de la Métropole prenne conscience des enjeux et agisse en conséquence.

⏰ L’année 2023 marquera la mi-chemin du mandat métropolitain. A cette occasion le collectif du Livre Blanc pour le Climat publiera une évaluation des politiques climatiques et environnementales observées depuis 2020 afin de qualifier la cohérence des mesures au regard des objectifs climat pour 2030.

Soirée d’accueil Alternatiba Nantes – GIGNV le 25 janvier au Pangolin

✨Soirée de présentation, pour tout savoir sur Alternatiba Nantes !✨

Tu souhaites en apprendre plus sur Alternatiba ? Tu as envie de nous rejoindre ?

La soirée de présentation, c’est le rendez-vous pour découvrir le collectif et les manières de t’engager !

📌Rendez-vous le mercredi 25 janvier à partir de 19h30 au Pangolin.

✎ Pour s’inscrire, c’est ici : https://airtable.com/shroTAi0XW097oWvG !

🥞Petit buffet offert et buvette au Pangolin !

👉🏽 Cette soirée sera l’occasion d’échanger sur:
– le Camp climat 2023
– les actualités de la Base et Maison du peuple
– les actions de désobéissance civile avec le GIGNV
– le lancement d’un nouveau groupe pour favoriser le chemin de Fer à Nantes

😁Viens accompagné·e d’un·e ami·e sensible aux enjeux écologiques!

En pyjama à l’aéroport, pour un couvre-feu plus long et respecté !

Aéroport de Nantes-Atlantique, dimanche 13 novembre. Une centaine de personnes ont manifesté en pyjama pour demander l’élargissement du couvre-feu et son respect, ainsi que l’arrêt du projet d’extension de l’aéroport. Plus globalement, elles ont défendu la réduction du trafic aérien et de ses impacts sur la santé, le climat et l’environnement.

Sieste collective à l’aéroport de Nantes – photo Suvann Photos

Sur l’impulsion d’Alternatiba Nantes et du GIGNV, plus de 100 habitant·es de la Métropole se sont rendu·es aujourd’hui à l’aéroport habillé·es en pyjama pour une mobilisation créative, comportant notamment une sieste collective géante. “On ne peut pas dormir la nuit à cause des nuisances, donc on vient rattraper nos heures de sommeil ici ! Les compagnies aériennes et les pouvoirs publics doivent comprendre qu’un couvre-feu trop court et non respecté, ça a des impacts sur notre santé.” explique Elodie Uzureau, habitante de Bouguenais.

Impacts sur la santé et sur le climat

Depuis avril 2022, aucun avion n’est autorisé à circuler dans le ciel nantais entre minuit et 6h du matin. Mais ce couvre-feu n’est pas respecté par certaines compagnies aériennes, selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), qui a dressé environ 200 procès-verbaux pour non-respect du couvre-feu. 

Entre deux reprises de chansons par une chorale avec des paroles sur le couvre-feu et l’impact climatique de l’aérien, des interventions au micro viennent préciser les revendications des collectifs : l’allongement du couvre-feu à 8 heures consécutives, suivant les préconisations de l’Organisation mondiale de la santé ; le respect strict de ce couvre-feu ; l’arrêt du projet d’extension de l’aéroport de Nantes. Sur ce dernier point, signez la pétition “Stop au projet d’extension de l’aéroport Nantes Atlantique: un désastre climatique et sanitaire'” !

Chorégraphie sur une chanson d’Abba détournée “Dormir dormir dormir avant minuit” – photo Jérémie Lusseau / Hans Lucas

Mobilisation pour la réduction du trafic aérien

Ces dernières semaines, les citoyens et les scientifiques continuent d’alerter sur l’impact du secteur aérien partout en Europe. “La société civile se mobilise fortement pour la réduction du trafic aérien et des nombreux problèmes qu’il pose sur le plan climatique, social et environnemental” développe Gwendoline Monnier, porte-parole d’Alternatiba Nantes. “Nous devons penser la reconversion du secteur aérien avec les salariés concernés, et repenser notre vision des déplacements, en intégrant toutes les alternatives moins émettrices“. 

Ce même jour, la mobilisation s’étendait au-delà du pays nantais : des actions étaient également menées aux aéroports de Rennes et Vannes pour le respect des populations riveraines et des objectifs climatiques. Cette mobilisation a lieu alors que la COP 27 bat son plein jusqu’au 18 novembre à Charm el-Cheikh en Égypte. Bien loin des 1,5 °C prévus par l’Accord de Paris lors de la COP 21, le réchauffement climatique mondial risque plutôt d’atteindre entre 2,5 et 2,9 °C d’ici la fin du siècle. Face à l’inaction climatique, les citoyennes et citoyens étaient nombreux aujourd’hui pour interpeller les pouvoirs publics : “Réveillez-vous ! On veut dormir ! “.

Militant·es climat et riverain·es devant l’aéroport – photo Jérémie Lusseau / Hans Lucas

Plus de photos sur l’album Facebook

Revue de presse

Aéroport de Nantes : conférence sauvage sur les impacts de l’aviation

Nantes, samedi 15 octobre. Les activistes climat du GIGNV ont investi l’aéroport Nantes-Atlantique et y ont donné une conférence sauvage sur les impacts climatiques et environnementaux de l’aviation. S’appuyant sur des sources scientifiques, ils et elles appellent à réduire rapidement et fortement le trafic aérien. En particulier pour Nantes, le GIGNV défend l’allongement du couvre-feu en vigueur et l’arrêt du projet d’extension de l’aéroport.

conférence sauvage à l'aéroport Nantes-Atlantique.
une passagère avec sa valise passe au milieu des activistes et de leur banderole Avion ou climat : on n'a plus le choix

Ce matin à partir de 10h, une vingtaine d’activistes climat ont occupé l’aérogare de Nantes-Atlantique, à l’initiative du GIGNV. Ils et elles y ont mené une conférence sur les nombreux impacts de l’aviation sur le climat, l’environnement, la santé. Le but : interpeller passagers et institutions sur l’incompatibilité entre l’augmentation prévue du trafic aérien à Nantes et ailleurs, et la nécessité de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre.

Une douzaine de lecteurs et lectrices se sont relayé·es au micro pour diffuser les informations scientifiques sur les nombreuses nuisances du trafic aérien, et les enjeux pour notre planète d’une forte baisse de ce trafic. La conférence s’est notamment basée sur le guide Destination commune édité par le réseau Stay Grounded (Rester sur terre). Dans l’aérogare, les activistes ont déployé des banderoles :
« Avion ou climat : on n’a plus le choix », « Moins de vols d’affaires, plus de ferroviaire », « Gardons les pieds sur terre ».

Réduire le trafic, pour le climat et pour la santé des populations riveraines

Pour éviter le chaos climatique, tous les secteurs doivent réduire fortement leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Si le secteur aérien était un pays, il serait le sixième pays le plus émetteur de CO2. L’amélioration des performances environnementales, tant vantée par l’industrie, est bien trop faible et lointaine. Réduire vite et fortement les émissions de GES de ce secteur passe donc nécessairement par une réduction du trafic aérien. « Cela va fortement impacter l’industrie aéronautique dans notre département. Nous demandons donc la mise en place d’une transition juste pour les travailleurs et les travailleuses de cette industrie », indique Anthony Yaba, du GIGNV.

« L’aérien, c’est aussi des nuisances sonores et environnementales qui impactent la santé des riverains des aéroports. L’actuel couvre-feu à Nantes-Atlantique, de 0h à 6h, est à la fois trop court et non respecté, explique Sophie Jallier, du GIGNV. En tant que militants climat, nous soutenons la demande d’un couvre-feu d’au moins 8 heures, de 23h à 7h. »

Alors que nous sortons d’un été marqué par des catastrophes climatiques en série – canicules, sécheresse, incendies en Gironde, dans l’Hérault, dans les monts d’Arrée en Bretagne, au Maroc, en Californie… – et que le GIEC a publié son sixième rapport cette année, la croissance de l’aérien et le réaménagement de Nantes-Atlantique continuent d’être soutenus, alors qu’ils aggraveraient encore le dérèglement climatique. Le GIGNV et Alternatiba Nantes appellent à arrêter le projet de réaménagement de l’aéoroport nantais ainsi que tous les projets en cours en France et dans le monde.

Pour rappeler l’incompatibilité entre cette réalité et les projets climaticides, le mouvement Action non-violente COP21 (dont fait partie le GIGNV) a organisé des conférences-occupations partout en France.

conférence sauvage à l'aéroport Nantes-Atlantique.
une activiste lit une partie de la conférence dans l'aérogare, d'autres tiennent des banderoles dont "moins de vols d'affaires, plus de ferroviaire" ou "gardons les pieds sur terre"

Soirée d’accueil Alternatiba Nantes – GIGNV

🗓A vos agendas !

✨Prochaine soirée d’accueil le Jeudi 29 septembre au Bras de fer
(34 boulevard de la prairie au ducs sur l’ile de Nantes) à 19h30.
Pour s’inscrire, c’est ici !

🍻Viens accompagné.e d’un.e ami.e sensible aux enjeux écologiques! Nous présenterons le mouvement, son histoire, son fonctionnement (etc) et discuterons autour d’un verre de tes envies et attentes en terme d’engagement.

🥞Petit buffet offert et possibilité de profiter du DJ set après!

👍🏽Cette soirée sera aussi l’occasion d’échanger sur:

  • le succès du Camp climat
  • la campagne aviation
  • les actualités de la Base et Maison du peuple
  • les actions de désobéissance civile avec le GIGNV

😁Faites tourner svp ! Partagez notre Évènement facebook 🙂

ESPACE PAR ESPACE ateliers v1_04_2

SEL LES RIGOLETTES DE NANTES

Système d’échange local, non monétaire, plus juste, plus direct et plus humain

4418102467375533579_4610239252498062864_Sigle_RigolettesLe S.E.L des Rigolettes est un “Système d’Echange Local” né en 1997 dans le quartier de Malakoff à Nantes puis qui s’est étendu à l’ensemble de la ville. Un Système d’Echange Local permet d’échanger de façon plus juste et plus humaine par le biais d’une “économie sans argent”, des biens, des services et des savoirs entre les membres d’un réseau, dans un secteur géographique restreint Les SEL valorisent les savoirs, les personnes, le respect de la nature,  ils donnent plusieurs vies aux biens échangés et réparés.

Site internet: http://lesrigolettes.jimdo.com/

Revenu de Base

Promotion du revenu de base.

Logo_couleur-degradeLe groupe nantais du Revenu de Base défend l’idée de ce revenu comme un droit à l’existence, inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, visant à permettre à chaque personne de vivre dignement et de participer à la société sous toutes ses formes. Au-delà du renforcement de la cohésion sociale, le revenu de base est aussi un moyen de lutter contre la crise écologique, par exemple en versant tout ou partie en monnaie locale, en bon de consommation d’énergie et de services de base, en produits locaux, éthiques… il est un moyen fort d’orienter la consommation vers le respect de l’humain et de l’environnement.

Site internet:http://nantes.revenudebase.info/

Ouishare

Réseau de l’économie collaborative, Economie Sociale et Solidaire, investissement participatif

LOGO_OUISHARE_global-COEUR-RGBFondée en janvier 2012 à Paris, l’association OuiShare est aujourd’hui un acteur international de premier plan dans le domaine de l’économie collaborative, qui s’appuie sur de 80 Connectors (membres actifs) et plusieurs milliers de membres sympathisants et contributeurs, dans 20 pays en Europe, Amérique Latine et Afrique du Nord. Le groupe Ouishare de Nantes est un collectif qui a pour but de promouvoir et diffuser l’économie collaborative (consommation, finance, gouvernance, production…). Il s’agit d’une nouvelle vision de la société cherchant a optimiser l’existant tout en misant sur un renforcement des relations humaines ; une société basée sur des principes d’ouverture, de collaboration, de confiance et de partage de la valeur.

Site internet: http://ouishare.net/fr

Le Réseau du Retz’L

Monnaie locale.

Logo-RetzL-Coul250x250-150x150L’association créée en 2012 à l’initiative d’un groupe de citoyens des communes de Bouguenais, Rezé, St-Jean de Boiseau (44), s’inscrit dans une démarche d’éducation populaire en amenant les citoyens à prendre conscience de l’amélioration que ceux-ci peuvent apporter à l’économie de leur territoire à travers l’utilisation d’une monnaie locale. Son action a donc abouti à la mise en place de cette monnaie, du sud-ouest de l’agglomération nantaise au Pays de Retz. Le Réseau du Retz’L gère la monnaie locale, édite les coupons-billets, anime et met en lien le réseau des professionnels et des particuliers utilisateurs de la monnaie. La Monnaie Libre et Citoyenne du Pays de Retz’L, favorise les circuit-courts et une relocalisation des échanges pour satisfaire les besoins de bases.

Site internet: http://reseauduretzl.org

Nantes en SEL

Système d’échange local, non monétaire, plus juste, plus direct et plus humain

Sans-titre

Nantes en Sel, est un S.E.L ou “Système d’Echange Local” qui permet d’échanger de façon plus juste et plus humaine par le biais d’une “économie sans argent”, des biens, des services et des savoirs entre les membres d’un réseau, dans un secteur géographique restreint Les SEL valorisent les savoirs, les personnes, le respect de la nature,  ils donnent plusieurs vies aux biens échangés et réparés.

Site internet: http://nantes-en-sel.communityforge.net/

We Do Good

Réseau de l’économie collaborative, Economie Sociale et Solidaire, investissement participatif.


We Do Good travaille sur des modèles de financement participatif innovants, permettant de financer des projets à impact environnemental ou sociétal positif. L’entreprise aide ces projets à émerger et les accompagnent pour qu’ils puissent se développer et devenir des alternatives viables et responsables. Soutenir un projet sur WEDOGOOD.co équivaut à miser dessus.

Logo rouge

Le dispositif repose sur une plateforme  de financement en échange de royalties (redevance sur le chiffre d’affaire de l’entreprise financée). Si le projet est un succès, les contributeurs-trices récupèrent leur apport accompagné de bénéfices !

Site internet: https://www.wedogood.co/

ESPACE PAR ESPACE ateliers v1_04_3

Lettre ouverte au FC Nantes : faites mieux que le PSG, prenez le train !

Le week-end des 4-5 mars, l’équipe masculine du Football Club de Nantes jouera son match retour contre le PSG. Lors du match aller en septembre dernier, le déplacement en avion des joueurs du PSG avait fait polémique. Polémique renforcée par l’attitude désinvolte de messieurs Galtier et Mbappé qui semblent vivre sur une autre planète, où le TGV et le dérèglement climatique n’existeraient pas.

Nous sommes des citoyennes et citoyens de Nantes et d’ailleurs, fans de foot ou non, soucieuses et soucieux de l’impact de l’aviation sur notre santé et sur notre avenir. Nous adressons cette lettre ouverte au FC Nantes pour lui demander d’être plus responsable que le PSG.
D’accord, en char à voile ça fait long ; mais engagez-vous au moins à faire le déplacement par voie terrestre le 5 mars.

#5MarsEnTrain

L’année 2022 a été marquée par une forte augmentation des signaux du changement climatique en cours : rien qu’en France, on peut évoquer la sécheresse, les canicules à répétition, les températures anormalement élevées cet hiver.

Face à cette réalité climatique, chaque kilo de gaz à effet de serre (GES), chaque dixième de degré de réchauffement compte. Ainsi, en réponse au gaspillage énergétique du PSG en septembre dernier, il nous paraît important que le FC Nantes se penche concrètement sur les modes de déplacement de son équipe professionnelle.

Le char à voile n’est sans doute pas la meilleure solution. Mais le train, le car, sont des alternatives parfaitement réalistes pour ce trajet, et considérablement moins émettrices en GES. Ceci n’est pas que symbolique : en avion de ligne, déplacer 50 personnes sur ce trajet aller-retour revient à émettre 4,8 tonnes de CO2 (1). Dans le cadre d’un vol privé, la facture climatique est nettement plus lourde. Pour ce même trajet en TGV, c’est 67 kg de CO2 (soit 0,067 tonnes) qui seraient émis au total… (2)
Alain Krakovitch, le directeur TGV/intercités, a rappelé lors de la polémique de septembre qu’il existe de nombreuses solutions pour que l’équipe professionnelle puisse se déplacer en train.

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

La crise climatique touchant de plus en plus de personnes, y compris au sein des supporters et supportrices, le FC Nantes a une belle opportunité de devenir un leader inspirant sur ces sujets, à l’instar du Milan AC ou de Liverpool qui font certains de leurs déplacements en train.
Ce serait aussi un signal fort de la part du monde sportif que d’agir concrètement pour une mobilité durable lors des compétitions.

Le club pourrait envisager d’autres actions en parallèle, telle que la facilitation du covoiturage pour les supporters-supportrices, grâce aux partenariats signés par de nombreux clubs avec StadiumGO.

Il n’y a pas de planète B ; il n’y aura plus de matchs de foot sur une planète morte.
Signez et partagez cette pétition pour demander au FC Nantes de se déplacer en train le 5 mars ! #5MarsEnTrain

Sources :
(1) https://eco-calculateur.dta.aviation-civile.gouv.fr/
(2) https://ressources.data.sncf.com/explore/dataset/emission-co2-tgv/table/

Nantes Métropole – Des petits pas … A quand le grand saut ?

Le Livre blanc pour le climat revient sur les réponses de la métropole à ses “12 mesures prioritaires pour 2022”

📅 Alors que l’année 2022 vient de s’achever, il est l’heure pour le collectif du Livre Blanc pour le climat de dresser un bilan de l’action de la métropole de Nantes en faveur du climat. Le collectif avait identifié et soumis aux élu·es de la métropole 12 mesures prioritaires pour le climat à mettre en œuvre dans l’année.

❓ Quelles mesures ont été mises en place❓ Sont-elles assez ambitieuses ❓

Malgré des efforts réalisés dans certains domaines comme les aménagements cyclables, ou l’abandon du projet de l’Arbre au hérons, le collectif déplore un manque de mesures structurantes et fortes de la Métropole pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique.

Sans remettre en cause les actions positives d’ores et déjà mises en œuvre par la métropole, le collectif du livre blanc pour le climat cherche à mettre en lumière 12 mesures prioritaires actuellement négligées par la collectivité.

La Direction de l’Animation et de la Transition Écologique de Nantes Métropole y a répondu cet été.Voici l’analyse du collectif des réponses apportées par la Métropole sur ces 12 mesures :

1) Lancer le projet de RER métropolitain, Définir les lignes, le calendrier, le budget. Objectif 2022 : un train toutes les 15 min aux heures de pointe sur au moins 4 lignes existantes TER

La Métropole soutient la poursuite du démantèlement de certaines infrastructures ferroviaires (gare de l’État). Après plusieurs mois de mobilisation et l’annonce du Président de la République sur ce sujet, le projet de “TER express” semble enfin mis à l’ordre du jour de la collectivité.

Néanmoins celui-ci reste non daté et non financé. Aujourd’hui, rien n’est mis en place avec la région pour accélérer le renforcement du réseau ferroviaire métropolitain, le collectif attend que la métropole devienne plus proactive auprès de la région et de l’État. De grandes métropoles comme Strasbourg et Bordeaux ont déjà mis en place leur Réseau Express Métropolitain, grâce à un financement conjoint des régions et des métropoles.

2) Développer le covoiturage avec des mesures concrètes en 2022, Lancer sans délai l’expérimentation de voies réservées du Bd de la Prairie de Mauves, prévue pour déc 2021. Et lancer les 3 autres d’ici mi-2022 : route de Pornic, Bd de la Vendée et chemin de la Justice

À ce jour, il n’y a pas eu d’avancée significative dans l’expérimentation de voies réservées au covoiturage du Bd de la Prairie de Mauves, route de Pornic, Bd de la Vendée et chemin de la Justice.

3) Renforcer le financement des structures accompagnatrices des ménages et des professionnels à la rénovation énergétique (Mon Projet Rénov)

Le budget global de l’association Alisée qui porte le rôle d’animation de l’Espace Conseil France Rénov’ auprès des particuliers est passé d’environ 280 000 à 520 000 €/an, avec une augmentation de son périmètre d’intervention (accompagnement des ménages jusqu’à la signature des devis, mobilisation des professionnels de la rénovation, sensibilisation du secteur petit tertiaire). Nous saluons par ailleurs le choix de la collectivité d’une subvention forfaitaire et non “à l’acte” permettant de privilégier un accompagnement adapté au besoin de chacun.e et non une politique du chiffre. Ces moyens ne permettent pourtant pas à ce jour de faire face à l’ensemble des demandes de rendez-vous.

4) Élaborer un plan d’action permettant de diviser par 2 la précarité énergétique durant le mandat

Les dernières données disponibles (ONPE) indiquent que 9,1% des ménages étaient en situation de précarité énergétique en 2020 sur le territoire, un chiffre probablement en forte hausse en raison de l’inflation des coûts énergétiques. Le collectif manque de données et s’interroge sur l’efficacité des dispositifs existants (Mon Projet Rénov). Il salue les annonces de la métropole parmi les 10 mesures climat (5000 logements rénovés par an dont 1500 dans le parc social) mais attend leur mise en œuvre effective. Le passage à l’échelle des rénovations globales performantes connaît en outre des freins liés à la disponibilité d’artisans formés et de certains matériaux.

5) Passer à 50% d’alimentation bio dans les cantines scolaires Et la restauration collective qui stagne à 20% depuis 15 ans

La Métropole ne parle que de la restauration scolaire et non de restauration collective, seules 2 communes ont plus de 50% de bio. La majorité des communes sont en retard. Le collectif déplore la priorisation de la production locale au détriment de la production bio, alors que le collectif demande l’un et l’autre.

A Grenoble, l’approvisionnement des cantines scolaires se fait en bio et en circuit court à hauteur de 65%, sans viande issue de l’élevage industriel intensif.

6) Mettre en place des aides à la conversion bio des agriculteurs, complémentaires aux aides nationales

Les aides de la Métropole ne sont malheureusement pas destinées exclusivement aux exploitations biologiques, elles continuent à financer des projets agricoles nocifs pour le climat et la biodiversité. Les exploitations dites “vertueuses” qui font l’objet d’un soutien de la Métropole manquent d’un cahier des charges transparent.

7) Garantir zéro artificialisation nette des sols

Nantes Métropole ne s’engage pas sur une trajectoire zéro artificialisation nette des sols avant 2030, l’échéance est trop lointaine. Malgré les risques accrus de sécheresse visibles cet été, la Métropole poursuit les projets d’artificialisation (100 ha de ZAC à Carquefou, 50Ha de terres fertiles pour Doulon-Gohards).

8) Lancer un groupe de travail pour la reconversion des industries polluantes du port de Nantes/St Nazaire

Le port de Nantes/St Nazaire repose à 70% sur des industries dépendantes des énergies fossiles (Cordemais, Donges, Montoir, St-Nazaire), aucun travail ne semble entrepris sur la reconversion de ces industries au-delà de leur approvisionnement en énergie. De plus, le collectif est dans l’attente des résultats d’une étude sur l’avenir énergétique de l’estuaire.

9) Augmenter rapidement la part “prévention” du budget déchet pour passer de 2% à 10% à la fin du mandat

Nantes Métropole ne s’engage pas à augmenter rapidement la part “prévention” du budget déchet pour passer de 2% à 10% à la fin du mandat. Il y a trop peu de moyens humains dédiés à la prévention (3,8 ETP sur toute la métropole). Une stratégie de réduction et traitement des déchets du BTP (démolition des immeubles anciens) reste à construire.

10) Interdire tout panneau publicitaire numérique sur l’espace public

Le nouveau RLPm n’interdit pas tout panneau publicitaire numérique sur l’espace public, alors que Lyon Métropole a pris cette décision en 2022.

11) Lancer une campagne de sensibilisation des habitants sur les risques climatiques locaux liés à la hausse des températures +1,5°C/+2°C/+3°C

La Métropole ne s’engage pas à lancer une campagne de sensibilisation des habitants sur les risques climatiques locaux liés à la hausse des températures +1,5°C/+2°C/+3°C. Elle ne souhaite pas montrer les conséquences du changement climatique, selon elle trop axé sur les risques et la peur. Alors que pour le collectif il est essentiel que la population soit suffisamment informée pour participer activement à la transition.

12) Créer un conseil citoyen indépendant tiré au sort

La création d’un conseil scientifique et citoyen dédié au climat a été évoquée. Cependant les membres du LBC ont besoin de plus d’informations sur ses marges de manœuvre et son suivi dans le temps. La participation directe des citoyens n’est pas pensée dans ce projet.

—————

Nantes Métropole se veut ambitieuse sur le sujet climatique et le collectif du livre blanc l’encourage à approfondir les transformations engagées. Malheureusement la majorité de ses réponses n’est pas satisfaisante pour engager dès maintenant le territoire dans une réelle mutation. Le collectif espère que suite aux derniers événements climatiques et la crise énergétique, que l’ensemble des élu-es de la Métropole prenne conscience des enjeux et agisse en conséquence.

⏰ L’année 2023 marquera la mi-chemin du mandat métropolitain. A cette occasion le collectif du Livre Blanc pour le Climat publiera une évaluation des politiques climatiques et environnementales observées depuis 2020 afin de qualifier la cohérence des mesures au regard des objectifs climat pour 2030.

Soirée d’accueil Alternatiba Nantes – GIGNV le 25 janvier au Pangolin

✨Soirée de présentation, pour tout savoir sur Alternatiba Nantes !✨

Tu souhaites en apprendre plus sur Alternatiba ? Tu as envie de nous rejoindre ?

La soirée de présentation, c’est le rendez-vous pour découvrir le collectif et les manières de t’engager !

📌Rendez-vous le mercredi 25 janvier à partir de 19h30 au Pangolin.

✎ Pour s’inscrire, c’est ici : https://airtable.com/shroTAi0XW097oWvG !

🥞Petit buffet offert et buvette au Pangolin !

👉🏽 Cette soirée sera l’occasion d’échanger sur:
– le Camp climat 2023
– les actualités de la Base et Maison du peuple
– les actions de désobéissance civile avec le GIGNV
– le lancement d’un nouveau groupe pour favoriser le chemin de Fer à Nantes

😁Viens accompagné·e d’un·e ami·e sensible aux enjeux écologiques!

En pyjama à l’aéroport, pour un couvre-feu plus long et respecté !

Aéroport de Nantes-Atlantique, dimanche 13 novembre. Une centaine de personnes ont manifesté en pyjama pour demander l’élargissement du couvre-feu et son respect, ainsi que l’arrêt du projet d’extension de l’aéroport. Plus globalement, elles ont défendu la réduction du trafic aérien et de ses impacts sur la santé, le climat et l’environnement.

Sieste collective à l’aéroport de Nantes – photo Suvann Photos

Sur l’impulsion d’Alternatiba Nantes et du GIGNV, plus de 100 habitant·es de la Métropole se sont rendu·es aujourd’hui à l’aéroport habillé·es en pyjama pour une mobilisation créative, comportant notamment une sieste collective géante. “On ne peut pas dormir la nuit à cause des nuisances, donc on vient rattraper nos heures de sommeil ici ! Les compagnies aériennes et les pouvoirs publics doivent comprendre qu’un couvre-feu trop court et non respecté, ça a des impacts sur notre santé.” explique Elodie Uzureau, habitante de Bouguenais.

Impacts sur la santé et sur le climat

Depuis avril 2022, aucun avion n’est autorisé à circuler dans le ciel nantais entre minuit et 6h du matin. Mais ce couvre-feu n’est pas respecté par certaines compagnies aériennes, selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), qui a dressé environ 200 procès-verbaux pour non-respect du couvre-feu. 

Entre deux reprises de chansons par une chorale avec des paroles sur le couvre-feu et l’impact climatique de l’aérien, des interventions au micro viennent préciser les revendications des collectifs : l’allongement du couvre-feu à 8 heures consécutives, suivant les préconisations de l’Organisation mondiale de la santé ; le respect strict de ce couvre-feu ; l’arrêt du projet d’extension de l’aéroport de Nantes. Sur ce dernier point, signez la pétition “Stop au projet d’extension de l’aéroport Nantes Atlantique: un désastre climatique et sanitaire'” !

Chorégraphie sur une chanson d’Abba détournée “Dormir dormir dormir avant minuit” – photo Jérémie Lusseau / Hans Lucas

Mobilisation pour la réduction du trafic aérien

Ces dernières semaines, les citoyens et les scientifiques continuent d’alerter sur l’impact du secteur aérien partout en Europe. “La société civile se mobilise fortement pour la réduction du trafic aérien et des nombreux problèmes qu’il pose sur le plan climatique, social et environnemental” développe Gwendoline Monnier, porte-parole d’Alternatiba Nantes. “Nous devons penser la reconversion du secteur aérien avec les salariés concernés, et repenser notre vision des déplacements, en intégrant toutes les alternatives moins émettrices“. 

Ce même jour, la mobilisation s’étendait au-delà du pays nantais : des actions étaient également menées aux aéroports de Rennes et Vannes pour le respect des populations riveraines et des objectifs climatiques. Cette mobilisation a lieu alors que la COP 27 bat son plein jusqu’au 18 novembre à Charm el-Cheikh en Égypte. Bien loin des 1,5 °C prévus par l’Accord de Paris lors de la COP 21, le réchauffement climatique mondial risque plutôt d’atteindre entre 2,5 et 2,9 °C d’ici la fin du siècle. Face à l’inaction climatique, les citoyennes et citoyens étaient nombreux aujourd’hui pour interpeller les pouvoirs publics : “Réveillez-vous ! On veut dormir ! “.

Militant·es climat et riverain·es devant l’aéroport – photo Jérémie Lusseau / Hans Lucas

Plus de photos sur l’album Facebook

Revue de presse

Aéroport de Nantes : conférence sauvage sur les impacts de l’aviation

Nantes, samedi 15 octobre. Les activistes climat du GIGNV ont investi l’aéroport Nantes-Atlantique et y ont donné une conférence sauvage sur les impacts climatiques et environnementaux de l’aviation. S’appuyant sur des sources scientifiques, ils et elles appellent à réduire rapidement et fortement le trafic aérien. En particulier pour Nantes, le GIGNV défend l’allongement du couvre-feu en vigueur et l’arrêt du projet d’extension de l’aéroport.

conférence sauvage à l'aéroport Nantes-Atlantique.
une passagère avec sa valise passe au milieu des activistes et de leur banderole Avion ou climat : on n'a plus le choix

Ce matin à partir de 10h, une vingtaine d’activistes climat ont occupé l’aérogare de Nantes-Atlantique, à l’initiative du GIGNV. Ils et elles y ont mené une conférence sur les nombreux impacts de l’aviation sur le climat, l’environnement, la santé. Le but : interpeller passagers et institutions sur l’incompatibilité entre l’augmentation prévue du trafic aérien à Nantes et ailleurs, et la nécessité de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre.

Une douzaine de lecteurs et lectrices se sont relayé·es au micro pour diffuser les informations scientifiques sur les nombreuses nuisances du trafic aérien, et les enjeux pour notre planète d’une forte baisse de ce trafic. La conférence s’est notamment basée sur le guide Destination commune édité par le réseau Stay Grounded (Rester sur terre). Dans l’aérogare, les activistes ont déployé des banderoles :
« Avion ou climat : on n’a plus le choix », « Moins de vols d’affaires, plus de ferroviaire », « Gardons les pieds sur terre ».

Réduire le trafic, pour le climat et pour la santé des populations riveraines

Pour éviter le chaos climatique, tous les secteurs doivent réduire fortement leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Si le secteur aérien était un pays, il serait le sixième pays le plus émetteur de CO2. L’amélioration des performances environnementales, tant vantée par l’industrie, est bien trop faible et lointaine. Réduire vite et fortement les émissions de GES de ce secteur passe donc nécessairement par une réduction du trafic aérien. « Cela va fortement impacter l’industrie aéronautique dans notre département. Nous demandons donc la mise en place d’une transition juste pour les travailleurs et les travailleuses de cette industrie », indique Anthony Yaba, du GIGNV.

« L’aérien, c’est aussi des nuisances sonores et environnementales qui impactent la santé des riverains des aéroports. L’actuel couvre-feu à Nantes-Atlantique, de 0h à 6h, est à la fois trop court et non respecté, explique Sophie Jallier, du GIGNV. En tant que militants climat, nous soutenons la demande d’un couvre-feu d’au moins 8 heures, de 23h à 7h. »

Alors que nous sortons d’un été marqué par des catastrophes climatiques en série – canicules, sécheresse, incendies en Gironde, dans l’Hérault, dans les monts d’Arrée en Bretagne, au Maroc, en Californie… – et que le GIEC a publié son sixième rapport cette année, la croissance de l’aérien et le réaménagement de Nantes-Atlantique continuent d’être soutenus, alors qu’ils aggraveraient encore le dérèglement climatique. Le GIGNV et Alternatiba Nantes appellent à arrêter le projet de réaménagement de l’aéoroport nantais ainsi que tous les projets en cours en France et dans le monde.

Pour rappeler l’incompatibilité entre cette réalité et les projets climaticides, le mouvement Action non-violente COP21 (dont fait partie le GIGNV) a organisé des conférences-occupations partout en France.

conférence sauvage à l'aéroport Nantes-Atlantique.
une activiste lit une partie de la conférence dans l'aérogare, d'autres tiennent des banderoles dont "moins de vols d'affaires, plus de ferroviaire" ou "gardons les pieds sur terre"

Soirée d’accueil Alternatiba Nantes – GIGNV

🗓A vos agendas !

✨Prochaine soirée d’accueil le Jeudi 29 septembre au Bras de fer
(34 boulevard de la prairie au ducs sur l’ile de Nantes) à 19h30.
Pour s’inscrire, c’est ici !

🍻Viens accompagné.e d’un.e ami.e sensible aux enjeux écologiques! Nous présenterons le mouvement, son histoire, son fonctionnement (etc) et discuterons autour d’un verre de tes envies et attentes en terme d’engagement.

🥞Petit buffet offert et possibilité de profiter du DJ set après!

👍🏽Cette soirée sera aussi l’occasion d’échanger sur:

  • le succès du Camp climat
  • la campagne aviation
  • les actualités de la Base et Maison du peuple
  • les actions de désobéissance civile avec le GIGNV

😁Faites tourner svp ! Partagez notre Évènement facebook 🙂